Bigoudènes et protestantes

     Un des symboles visuels les plus forts de l’identité protestante bretonne du XXe siècle est l’image de Bigoudènes en coiffe assistant à des services religieux d’Églises issues de la Réforme.

     Je ne résiste pas au plaisir de proposer quelques images. Pour bien les comprendre, il faut se rappeler trois faits :

1) Le pays bigouden n’est pas un « pays de pirates » ! C’est un ensemble de cantons à l’ouest de Quimper, caractérisés autrefois par un habit et quelques traditions locales particulières. Cette région a été visitée par les colporteurs et les pasteurs dès les années 1840.

2) Le protestantisme y reçoit un accueil relativement favorable dès la fin du XIXe siècle. Deux vagues évangéliques successives touchent le littoral. De 1880 à 1920 la mission méthodiste presbytérienne galloise ouvre des temples à Pont-L’Abbé, Léchiagat et Lesconil. Dans les années 30, les pentecôtistes établissent une assemblée à Léchiagat, ainsi qu’à Kerity qui dépend de la Mission Évangélique Bretonne de Douarnenez.

3) Dans le domaine du vêtement, la fameuse coiffe est une évolution récente, dans l’entre-deux-guerres, d’un simple bonnet de dentelle qui était encore très discret en 1914. Il prend ensuite un centimètre de plus de hauteur par an jusqu’en 1945, où il se fige définitivement. Il n’est plus porté, à partir de cette date, que par les femmes qui sont restées fidèles à la tradition. De plus en plus âgées, elles ont disparu aujourd’hui dans la vie courante.

    Voici les photographies de Bigoudènes protestantes que j’ai actuellement en ma possession, avec leur légende. Mes remerciements à MM. Le Roux, Gloaguen, Moreau, Le Cossec.

 Jean-Yves Carluer

Bigoudènes à la sortie du temple méthodiste de Lesconil vers 1910. Le pasteur Jones, à la barbe blanche, est à la droite du groupe. Les femmes portent la coiffe courte de l’époque. Les fillettes n’ont qu’un bonnet

A la sortie du culte du temple pentecôtiste de Léchiagat, vers 1955, quelques Bigoudènes en grande coiffe.

Quelques Bigoudènes dans l’assistance d’un service de baptêmes d’adultes sur la grève de Léchiagat en 1957. Il s’agit d’un service pentecôtiste. L’homme à droite est le pasteur Paul Rainaud, de Douarnenez. Cliché communiqué par M. Gloaguen.

Bigoudènes protestantes

Deux Bigoudènes de l’Église réformée de Léchiagat, après la cérémonie de présentation de Rachel Moreau (septembre 1979). A droite, Mme Gloannec.

Cinq Bigoudènes de l'Église réformée du Sud-Finistère à la fin des années 1960. De la droite vers la gauche, mesdames Biger, Gloannec, Béchénnec, ainsi que, sans doute, "Tante Félicie" et Mme Bodéré.

Cinq Bigoudènes de l’Église réformée du Sud-Finistère à la fin des années 1960. De la droite vers la gauche, mesdames Biger, Gloannec, Béchénnec, ainsi que, sans doute, « Tante Félicie » et Mme Bodéré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *