Les Haentjens, hommes d’affaires et protestants nantais (1780 -vers 1850)

Des protestants hollandais

     Matthias Haentjens est né à Cologne le 8 mars 1756 dans une famille de négociants d’ascendance hollandaise. Établi à Nantes à partir de 1780, il se rattache à la communauté protestante non encore officielle qui se réunit sur les rives de la Loire autour du pasteur Barre. Il fait bientôt fortune dans le négoce, l’assurance et l’armement, et même la traite négrière[1].

     Il épouse en 1785 Marie Anne Provenchère. Le couple a eu de nombreux enfants, dont quelques-uns décèdent en bas-âge, comme Jean-Henry, porté sur le registre protestant en janvier 1786[2].

     Matthias Haentjens est agrégé comme adjoint au premier consistoire réformé qui se constitue à Nantes le 25 brumaire an XII. Notre armateur en est élu diacre le 15 pluviose an XIII, soit le 4 février 1805.

Château de Gesvres

Le château de Gesvres autrefois

     Matthias Haentjens achète en 1803 le vaste domaine de Gesvres sur la commune de Treillières, non loin de l’Erdre qui avait été, avant la Révocation, la voie fluviale des huguenots vers le temple de Sucé. Il partagera avant sa mort en 1839 ses affaires financières entre ses garçons et son domaine foncier entre ses filles. Mattias Haentjens, dont la nationalité française avait été contestée lors d’une tentative électorale, a été confirmé dans ses droits civiques et politiques par un arrêt de la cour de Rennes du 12 février 1824[3].

     La plupart des enfants de Matthias Hentjens, quoique baptisés dans l’Église réformée, suivent progressivement des trajectoires de sortie du protestantisme à la suite de mariages fortunés avec des conjoints de confession catholique[4].

Des notables du Grand Ouest

     Notons, parmi ses fils et filles :

– Gérard Guillaume Haentjens (1786-1847).

– Chrétien Charles Haentjens (1790-1836), plus connu sous son deuxième prénom, Charles. Armateur et négociant comme son père, il se passionne pour la recherche scientifique. Il est secrétaire de la Société académique de Nantes et s’intéresse surtout à l’agronomie.

Grand-Jouan en Nozay, la ferme école

La ferme-école de Grand-Jouan au XIXe siècle.

    Il achète en 1822 le domaine de Gand-Jouan, rassemblant 500 hectares de landes et de friches à Nozay en Loire-inférieure, et s’associe à l’Alsacien Jules Rieffel (1806-1886) pour l’exploiter. Grand-Jouan devient le complexe agro-industriel de référence dans l’ouest de la France, ferme-école dont la modernité et le rayonnement soutiennent ce que l’on a appelé la révolution agricole en Bretagne. Charles Haentjens épouse Adélaïde Martin-Lavallée. Un de leurs fils, Alphonse-Alfred Haentjens, patron de presse (le Monde Illustré…) devint député (droite bonapartiste) de la Sarthe de 1863 à 1882. Il fonda et présida le groupe parlementaire dit de l’Appel au peuple.

– Marie Elisabeth Eugénie (1791-1860), épouse de l’armateur et raffineur nantais Joseph Guillet de la Brosse, dont un des petit-fils, Eugène (1857-1939), grand industriel de Loire-Inférieure, militant du catholicisme social, est un pionnier des caisses de prévoyance et d’allocations familiales.

– Élise (1795-1857), épouse de Pierre Maes (1787-1873), négociant et armateur nantais dont la famille était d’origine hollandaise, colonel de la garde nationale, député (libéral) de Loire-inférieure de 1830 à 1838. Un de ses gendres, Antoine Dufour (1808-1885), est maire de Nantes de 1866 à 1870.

     La fragilité de l’affiliation religieuse des descendants de Matthias Haentjens est assez caractéristique d’une partie de la grande bourgeoisie protestante nantaise du début du XIXe siècle, novatrice sur le plan économique, volontiers libérale sur le plan politique, mais qui est en quelque sorte absorbée par son environnement social.

 Jean-Yves Carluer

[1] Eric Saugera, « Pour une histoire de la traite française sous le Consulat et l’Empire », Revue française d’histoire d’outre-mer, p. 209. Archives départementales de Loire-Atlantique, 4 E 22/68.

[2] Archives municipales de Nantes, GG 508.

[3] Journal du Palais, 1824, p. 450.

[4] Armelle Pouliquen (et Jacques Haentjens), Histoire et généalogie de la famille Haentjens de Nantes, 1620-1999.

4 réponses à Les Haentjens, hommes d’affaires et protestants nantais (1780 -vers 1850)

  1. FAUCHON Thierry dit :

    Bonjour,
    En faisant des recherches généalogique du coté de ma famille je viens de consulter votre site qui est fort intéressant.
    Je me permets de corriger une coquille sur Matthias qui doit être né en 1756 et non en 1856.
    Votre texte « Matthias Haentjens est né à Cologne le 8 mars 1856 » et s’est marié en 1785.

    Cordialement.

  2. Patrick de Silly dit :

    bonjour,
    vous faites état de l’activité d’armateur de Mathias Haentjens. Pourriez vous apporter quelques précisions concernant ce point. Je suis à la recherche des armements qu’il aurait financés. Je n’ai trouvé que celui, indirect, cité par monsieur Saugera de son prêt à la cambie pour l’armement du Roi Arsène. Pour ses fils par contre la liste de leurs armements et de leurs navires est assez facile à établir.
    Cordialement

  3. brard dit :

    on est de Treillières et on fait des recherches sur le château du Haut-gesvres où vécut Mathias Haentjens.
    voir site « tafdt.org » et « renaissance du Haut-gesvres »

    on recherche des actes passé par M. Haentjens en 1837 (concernant ce château) à Sautron devant Notaire Robert qui ne sont pas versés aux A. D. 44???

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *