Des nobles huguenots à la peine au Grand Siècle

La dynastie des comtes de Laval, les protecteurs attitrés du protestantisme de l’est de la province, s’éteint dès les premières années du XVIIe siècle. Le mal est-il sans remède ?

A lire dans « Histoire », puis « Etudes », puis « La fin des Laval-Coligny »

Jean-Yves Carluer

Lien direct vers l’article

 

Ce contenu a été publié dans Le blog. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *