La « colonie anglaise » de Dinan

Dimanche prochain, 15 octobre 2017, à 14 heures, Diane Monier-Moore présentera son ouvrage Dinan, la colonie anglaise, 1800-1940, à la Bibliothèque municipale de Dinan. Clin d’oeil de l’histoire, l’événement aura lieu dans la salle Mathurin Monier (1901-1974), portant le nom du propre grand-père de l’auteur, un érudit bien connu et apprécié dans la région.

Ce beau livre de 550 pages, abondamment illustré, a été édité à Jersey, où est née et réside l’auteur.

Diane Monier-Moore est linguiste et conférencière, après avoir étudié dans plusieurs universités européennes comme Londres, Exeter, Genève, Fribourg-en-Brisgau et Oslo.

De par sa double culture britannique et française, l’auteur a pu, non seulement collationner de multiples documents dont plusieurs étaient restés dans des archives familiales, mais aussi les exploiter pour faire revivre le souvenir de ces milliers de Britanniques qui se sont succédé autour de l’embouchure de la Rance fluviale.

Nous avons eu l’occasion de présenter sur ce site quelques-uns des édifices qui marquent encore dans le paysage leur passage en terre bretonne, comme l’église Christ Church, rue Broussais. Rares sont ceux qui se souviennent que la colonie anglaise de Dinan, qui rassembla plusieurs centaines de Britanniques et connut son apogée vers 1850, possédait sur place écoles, journal, commerces, terrains de sport, sans compter l’inévitable club.

Quoique le culte anglican ait été sensiblement différent de celui des autres confessions protestantes de Bretagne, les Britanniques, qui étaient fort bien insérés dans la région, ont joué un rôle de relais et d’étape pour les premiers missionnaires évangéliques venus faire partager leur foi de ce côté-ci de la Manche.

N’oublions pas non plus que, si la petite congrégation réformée francophone de Dinan, venue par exemple d’Alsace comme les brasseurs Geistdoerfer, commença à s’organiser, c’est parce qu’elle était accueillie et encouragée par les Britanniques de la ville qui mirent en particulier des locaux à sa disposition. Le pasteur Arnoux, de Rennes, venait une fois pas mois les visiter et célébrer le culte à Dinan dans les années 1880. La solidarité de la colonie britannique se manifesta également avec éclat lors des souscriptions destinées à financer les premiers temples édifiés au XIXe siècle en Bretagne.

L’ouvrage de Diane Monier-Moore est particulièrement bienvenu. Il retrace la vie oubliée de ces Anglo-saxons expatriés sur nos rivages, il étudie leurs institutions et leurs rapports avec les habitants du pays. Une édition en langue anglaise est prévue dans un proche avenir. Le prix de souscription de l’ouvrage est actuellement de 25 Livres.

Jean-Yves Carluer

Diane Monier-Moore, Éditions Plessix, St-Jacut, La route de Vinchelez, St Ouen, Jersey JE3 2DA, Great Britain.

editionsplessix@gmail.com.

Ce contenu a été publié dans Le blog, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *